Plus de 70% des entrepreneurs québécois ont un niveau de détresse psychologique élevé

Quelles sont les solutions simples pour qu’un entrepreneur améliore son état de stress?

L’étude du Regroupement des jeunes chambres de commerce (RJCCQ) tire un véritable signal d’alarme.  En cause, la charge de travail, le manque prolongé de vacances, l’isolement des entrepreneurs et les difficultés de conciliation vie professionnelle – vie de famille.

Comment un entrepreneur peut-il améliorer sa gestion de stress.

 

stress chez les entrepreneurs québécois

Vous n’êtes pas seul

Ou en tout cas vous ne devriez pas le rester. Plusieurs études sur le stress et sa gestion ont montré l’impact considérable des proches, collègues, amis dans la gestion de stress.

S’il y a bien un domaine ou ensemble on est plus fort, c’est bien celui du stress. Laissez le mythe du super héros qui traverse toutes les difficultés seul et contre tous à Hollywood. Cela fait des films à grand spectacle et grand succès. Mais au niveau des entrepreneurs, des directeurs, des gestionnaires et de leurs collaborateurs, c’est tout sauf une bonne idée.

  • Pas facile de ne pas être seul quand on est entrepreneur

    La marche des affaires n’est pas toujours facile. Conserver ses clients, en trouver de nouveaux, garantir ses financements, livrer à temps, conserver un personnel motivé, votre compagnie peut trébucher parce qu’un seul de ces éléments dérape. Les sources d’inquiétudes sont nombreuses. Mais il n’est pas question de trop les partager avec votre personnel qui pourrait s’inquiéter inutilement et être tenté de quitter le bateau (alors que celui-ci flotte plutôt bien).

    L’entrepreneur a un rôle de filtre, il doit garder une bonne partie de ses inquiétudes pour lui.

     

  • Le silence est parfois d'or

    Informer les collaborateurs de la marche de la compagnie, de vos projets, de vos idées d’innovation est souvent considéré comme une grande source de motivation. Mais en réalité beaucoup d’informations ne peuvent tout simplement pas être partagées. Elles risquent de distraire vos collaborateurs ou sont tout simplement trop peu avancées ou confidentielles.

    L’entrepreneur a donc peu d’occasion de partager, ce qui augmente sa solitude.

     

     

  • La parole est un diamant

    Une question régulièrement posée dans une formation au leadership est de savoir comment réagir quand un collaborateur est déçu, démotivé, qu’il souhaite quelque chose que nous ne pouvons réellement lui accorder.

    Notre réponse est toujours la même : en parler avec lui. Le fait d’exprimer ses déceptions, ses inquiétudes, de parler avec une personne de confiance qui nous pose des questions, nous aide à réfléchir a un effet neurologique considérable, cela active la partie de notre cerveau qui nous aide à gérer nos émotions, nos frustrations, nos inquiétudes.

     

  • Sortir de la solitude

    Il est essentiel pour un entrepreneur de construire un réseau de soutien en dehors de son réseau d’affaires. Une ou plusieurs personnes avec lesquelles il peut partager sans crainte de fuites, ses idées, ses interrogations. Des personnes vis-à-vis desquelles il peut en toute confiance étaler ses doutes et ses craintes.

    Cela peut être un coach, un ami intime, le (la) conjoint(e), un entrepreneur plus sénior qui agit comme mentor. Beaucoup d’entrepreneurs passent un temps important dans un networking d’affaires. Mais combien de temps passez-vous à entretenir votre réseau de soutien?

     

  • Créer un contrepoids à votre investissement professionnel

    Le rythme des affaires est de plus en plus soutenu, les échéances succèdent aux échéances à une vitesse exponentielle. Les menaces concurrentielles sont de plus en plus nombreuses : d’Uber, à Airbnb, en passant par les concurrents surgis de Dieu sait quel pays. L’entrepreneur n’a pas le choix de s’investir à fond et de foncer car si vous ne profitez pas des opportunités, quelqu’un le fera à votre place. Quelqu’un qui pourrait faire crouler votre compagnie.

    L’entrepreneur se surinvestit donc souvent dans son bébé : sa compagnie.

    Une semaine de vacance, ou une marche ne suffiront pas à recréer un équilibre. Il s’agit de développer une véritable activité qui vous passionne même si le temps que vous y consacrez est, pour l’instant, limité. Une activité qui n’ a rien à voir avec votre métier, votre réseau professionnel.

    Un de mes clients a de grosses difficultés à transmettre sa compagnie à ses enfants parce qu’il n’a jamais développé une autre passion dans sa vie et que transmettre sa compagnie l’angoisse. Que va-t-il devenir sans son bébé? Un autre de mes clients montre des signes de stress considérables, je lui ai demandé de libérer quelques heures par mois pour retourner dans le fond de son garage, réparer sa vieille voiture.

     

  • Créer une relation forte avec sa famille

    Pas toujours facile pour la famille d’un entrepreneur. Parfois la famille est engloutie dans le projet entrepreneurial, chacun ayant une fonction dans la compagnie. Parfois la vie sentimentale ou familiale souffre du temps et de l’énergie consacrés à la compagnie.

    Parlez-en, que chacun dans la famille puisse expliquer ses attentes. Comme je l’ai dit la parole est un diamant, le dialogue permet de faciliter la relation.

    Forcez-vous à libérer du temps pour la famille. Apprenez à couper votre cellulaire. Apprenez à reporter au lendemain certaines tâches professionnelles.

    Sacrifier sa famille à ses affaires n’est pas nécessairement la voie du bonheur et sans le support de votre famille, votre investissement personnel dans la marche de votre compagnie risque de ne pas être très durable.