Tout savoir pour établir un contrat de coaching efficace

Un contrat de coaching bien rédigé est un essentiel pour réussir un trajet de coaching. Encore faut-il savoir comment s'y prendre

C’est enfin décidé, vous allez entamer un coaching et voilà qu‘on vous parle de contrat.

Ce n’est pas vraiment l’idée que vous avez d’un accompagnement ” humain”. 

Cela ne commence pas vraiment comme vous l’aviez imaginé…et pourtant, un  contrat “bien fait” vous offre de nombreuses garanties que votre coaching se passe le mieux possible

  

 

Pourquoi un contrat de coaching? 

Comme vous avez pu le lire dans notre article  “comment réussir mon coaching professionnel”, le coaching est un accompagnement qui travaille sur base des objectifs du client. Bien que nous soyons dans un travail de développement personnel, il est important de mettre un cadre : travailler sur une base claire et précise.


Cela apporte plusieurs avantages: 

  • Vous pouvez ressentir une certaine inquiétude à l’idée de suivre un coaching: pourquoi moi ? Pourquoi pas une formation ? L’entreprise va-t-elle se servir du coaching pour me licencier ensuite ? Le coach sera-t-il interrogé à mon insu par mon entreprise ?
    Travailler sur une base claire est une condition essentielle pour vous mettre en confiance et obtenir votre collaboration.
  • Un coaching implique un effort important de votre part, une assiduité, une remise en question... Cela vous demande de consacrer du temps à votre démarche. Préciser ces éléments dans un contrat est essentiel pour vous permettre de bien mesurer l’effort attendu de vous et éviter tout malentendu.
  • Enfin, un coaching est une démarche onéreuse et relativement courte ; elle s’inscrit dans le cadre de votre fonction et vient en plus de vos tâches et des objectifs que vous devez atteindre ; il est important de se montrer le plus efficace possible.
    Au mieux les objectifs seront définis, au plus les chances sont grandes d’être efficace.

 


En absence de contrat clair, ne démarrez jamais un coaching.


 

Pourquoi le contrat est-il tripartite?

Peut - être trouvez- vous cela inadéquat que votre manager vous “envoie en coaching” alors que votre problème vient en partie du fait que votre entreprise communique mal, que votre  manager ne prend pas de décisions, que les rôles ne sont pas clairs…

C’est une des raisons pour lesquelles il est important d’impliquer la hiérarchie dans un contrat de coaching :

  • Vous avez certes votre personnalité avec vos forces, vos points d'amélioration et  vos habitudes. Votre coaching vous permettra de travailler sur “votre partie” pour développer ou corriger certains points. Par contre, dans la plupart des demandes de coaching, il y a bien souvent des actions à prendre sur l'environnement de travail, sur l’organisation. Ce n’est pas nécessairement sous votre autorité, votre hiérarchie aura son rôle à jouer pour prendre sa part de responsabilité. Si on souhaite la réussite d’un coaching, il est nécessaire que chacune des parties soit impliquée ( le coaché, le coach et la hiérarchie).
  • Dans certains cas, vous pourriez vous poser des questions du type: “l’entreprise va-t-elle se servir du coaching pour me licencier ensuite?” ou “y a-t-il un agenda caché derrière cette démarche ?”...
    Faire signer un document par chacune des parties permet d’éviter ce genre de doute et de commencer la démarche en toute sérénité.

 


En absence d’un engagement ferme des trois parties, ne démarrez jamais un coaching


 

Que contient le contrat de coaching et qui doit le signer ? 

Il n’existe aucune “obligation” de contenu dans un contrat de coaching. 

Chaque coach a l’entière liberté d’y mettre ce qui lui paraît important. Cependant, étant confrontés aux mêmes paramètres, les coachs professionnels mettent généralement les points suivants dans un contrat tripartite  (coach, coaché et hiérarchie) :

  • Qu’est-ce qu’une démarche de coaching, quel est le rôle du coach ( il ne fournit pas de solution, il accompagne le coaché dans la recherche de solutions...), quelle est l’implication du coaché (il est actif, il n’attend pas les bras croisés qu’on lui apporte uen solution) ?
  • Quel est l’objet de la démarche de coaching : quelle est la demande de départ ? Qui a exprimé celle-ci ?
  • Quelle est la situation de la personne à coacher ?
  • Quels sont les objectifs précis du coaching ?
  • Quels sont : la durée, le nombre de séances de coaching, les modalités pratiques ?
  • Quels sont les engagements de chacune des parties: le coach, la personne coachée, le responsable hiérarchique ?
  • Quelles sont les règles déontologiques, de confidentialité ?

Certains coachs incluent parfois une section sur les outils de coaching qu’ils peuvent être amenés à utiliser, comme le recours à la méthode GROW par exemple.

Le contrat est habituellement lu et rempli lors d’une séance de démarrage de coaching en présence de la personne à coacher et de son supérieur. 

C’est l’occasion pour chacun de poser des questions et de clarifier certains points si nécessaire. 

L’entretien de démarrage se termine avec la signature du contrat par les 3 parties qui s’engagent à le respecter  

 


Clarifier tout ce qui peut l'être pour éviter les agendas cachés


 

 

Les 5 conseils pour le coaché

  1. Vérifiez que vous avez la même compréhension des problèmes et des objectifs que votre hiérarchie.
  2. Faites votre examen de conscience : êtes-vous prêt à vous remettre en question, à libérer le temps nécessaire, à être assidu aux séances, à évoluer....
  3. Voyez si vous vous sentez en confiance avec le coach proposé et si vous avez envie de travailler avec lui (en particulier si vous n’avez pas été impliqué dans le choix du coach).
  4. Exprimez vos besoins envers la hiérarchie en termes de support, disponibilité...
  5. Faites simple : au plus le contrat est clair et précis, au plus il est facile à respecter.

 

Les 5 conseils pour l’employeur 

  1. Assurez-vous que chacun croie en la personne à coacher et en l’opportunité de l’aider dans sa démarche
  2. Soyez proactif et n’attendez pas la dernière minute pour proposer un coaching ; les coachings de la dernière chance marchent rarement.
  3. Posez-vous la question : demandez-vous ce coaching pour avoir l’esprit tranquille ou pour solutionner un problème?
  4. Prenez votre part de responsabilité dans le coaching : que devez-vous faire à votre niveau pour que le coaching donne  les résultats escomptés de façon durable ; si besoin, responsabilisez la hiérarchie.
  5. Faites simple : au plus un contrat est rédigé de façon claire et précise, au plus il est facile de le suivre.

 

Exemple de contrat de coaching  

Mission de coaching et engagement des parties

  • Le prescripteur (l'entreprise ou l'institution) :
  • Le coaché (h/f) : 
  • Le coach (h/f) :
  • La demande
  • Les indicateurs de résultats
  • Le cadre de collaboration: 
    • Respect :
      Le coach s'engage à ne pas juger le contenu des propos du coaché qui est libre de s'exprimer = soutien constructif
    • Confidentialité et déontologie :
      Le coach s'engage à ne pas divulguer le contenu des séances sans l'accord du coaché et en son absence.
      En cas de demande du prescripteur, l'évaluation des progrès accomplis sera effectuée lors d'une réunion à trois

    • Engagement :
      Le coaché et le coach s'engagent, ils s'impliquent mutuellement. Le coach fait appel aux services de confrères, si nécessaire

    • Le Territoire :
      Les sujets abordés peuvent concerner divers domaines relatifs à la vie professionnelle et privée du coaché. Le coach accompagne et aide le coaché à trouver ses propres solutions en lui offrant les moyens de le faire.

    • L'Organisation :
      Toute séance annulée mais non décommandée au moins 48 h à l'avance sera due

    • La Ponctualité :
      Si le coaché arrive en retard, la séance se terminera  quand même à l'heure convenue
  • Date de début :
  • Lieu :
  • Signature

  

  

 Deuxième exemple :

  • Le prescripteur (l'entreprise ou l'institution) :
    • confirme qu'il a communiqué le mieux possible toutes les informations utiles à la définition de la mission et à sa bonne compréhension par le coach
    • est conscient que la mission va entraîner des effets qui vont changer les modes relationnels et fonctionnels qui existent et il accompagne, voire  autant que possible anticipe, ces évolutions pour  veiller à réduire les inconvénients qui peuvent en résulter et à en valoriser les impacts positifs
    • s'engage à favoriser et soutenir la démarche du coaché ainsi que son rythme d'évolution avec  bienveillance et compréhension
    • accepte les règles de confidentialité et veille au respect de la discrétion voulue
    • intervient, si nécessaire, dans la définition et/ou la reprécision des objectifs en cours de coaching en direct avec le coaché et le coach
    • est à l'écoute des feedbacks du coach en comprenant les restrictions déontologiques et s'engage, si nécessaire, à agir pour que l'évolution du coaché soit comprise et acceptée dans l'entreprise, voire idéalement soutenue

  • Le coaché (h/f) : 
    • a bien compris l'objectif de la mission, y souscrit et  accepte d'être coaché
    • accepte d'explorer toutes les pistes qui lui seront  données pour aller vers la réussite de ses objectifs et d'utiliser toutes les ressources qu'il a en lui
    • accepte de s'impliquer, d'exprimer et de vivre ses  émotions
    • accepte de découvrir ses ressources et ses talents latents et d'apprendre à les utiliser de manière adéquate
    • est conscient des règles déontologiques et de confidentialité auxquelles est soumis le coach

  • Le coach (h/f) :
    • a bien compris l'objectif de la mission et considère, à ce stade, qu'elle est en accord avec sa formation et ses acquis de coach de même qu'avec les exigences de la démarche qu'il doit mener
    • s'engage à exercer son rôle de coach dans le respect du code de déontologie de l'International Coach Féderation (ICF) dont il est membre actif, pour aider le coaché à :
      • définir et clarifier les objectifs à atteindre
      • s'orienter vers une attitude active et responsable
      • développer ses potentiels et ressources (savoir, savoir-faire, savoir-être), à améliorer ses performances et à valoriser sa qualité de vie globale
      • stimuler sa recherche de solutions à partir de ses propres talents et/ou de ses potentialités latentes
      • accélérer ses progrès par une meilleure focalisation et prise de conscience de ses choix
      • se concentrer sur ce qu'il est aujourd'hui (situation présente) et sur ce qu'il est prêt à entreprendre pour atteindre ses objectifs (situation future)
      • s'engage à accompagner, soutenir le coaché dans son évolution, à son rythme, dans le respect de sa personne et du contexte relationnel et de fonctionnement qu'est l'entreprise où il travaille

  • Signature des 3 personnes

  

  

Pour poursuivre votre lecture  

Comment réussir mon coaching professionnel ?

Comment choisir mon coach ?

Qu’est-ce que le coaching professionnel ?
  
     

   

Françoise Platiau

Coach certifiée niveau PCC et Process Com®, certifiée MBTI®, facilitatrice du modèle des frontières | Coach– coaching différencié