Pourquoi affirmons-nous ou publions-nous des choses totalement fausses ?

Radio Canada vient de publier un article très intéressant.

En voici une synthèse suivie de 4 questions à se poser avant de publier n'importe quoi.

1. Notre cerveau est à l'affût du danger

💡 Explication : notre cerveau ancestral veille en permanence et repère tout ce qui pourrait nous mettre en danger. 

🤷 Pourquoi : dans la nature, plus vite nous détectons un danger, plus nous avons de chances de survivre.

😬 Le problème : cela peut nous amener à surestimer les dangers.

2. Notre cerveau a besoin de donner du sens et d'interpréter

💡 Explication : nous cherchons des causes au danger, nous cherchons des coupables pour ce qui nous arrive de négatif.

🤷 Pourquoi : savoir qu'il y a un ennemi qui nous veut du mal est beaucoup plus rassurant que de se dire que c'est simplement le fait du hasard.

😬 Le problème : cela peut nous amener à voir des complots là où il n'y en a pas.

3. Une fois que nous nous sommes faits une idée, nous renforçons notre point de vue

💡 Explication : nous avons un biais de confirmation, nous minimisons ou oublions les éléments qui vont à l'encontre de nos à priori ; nous renforçons ceux qui les confortent.

🤷 Pourquoi : se remettre en cause prend du temps et de l'énergie. Dans la nature cela peut vous amener à réagir plus lentement et donc vous mettre en danger (j'ai compris qu'un lion est dangereux, la prochaine fois que j'en croise un si je m'enfuis sans réfléchir j'ai plus de chances de survivre que si je me pose la question de savoir s'il est réellement si dangereux que ça).

😬 Le problème : nous perdons toute capacité de remise en cause et nous nous renforçons dans nos à priori même si ceux-ci sont dénués de tout réalisme.

4. Nous nous identifions à une croyance, à un groupe

💡 Explication : l'être humain est un animal social qui a besoin d'appartenir à un groupe ; cela se fait en adhérant à un ensemble de croyances, de comportements.

🤷 Pourquoi : dans la nature survivre seul est très difficile ; vivre en groupe augmente vos chances de survie.

😬 Le problème : il nous est encore plus difficile de remettre en cause des à priori lorsque ceux-ci sont défendus par le groupe. Défendre notre théorie devient d'autant plus important au niveau de notre identité et de notre besoin d'appartenance.

  

👇 4 conseils pour ne pas tomber dans ce piège

1. S'agit-il d'un sujet que je maîtrise ?

2. La personne dont vous voulez partager ou critiquer le post a-t-elle une bonne maîtrise du sujet ?

3. Avez-vous consulté les avis des experts ?

4. Avez-vous lu ce que disent les personnes d'un avis différent du vôtre ? Leur point de vue vous apporte-t-il des pistes de réflexion ?

 

Jean-Luc Dupont

Auteur
Formateur MBTI
Conférencier en leadership

Spécialiste en 
MBTI®
Process Communication Management®
Leadership