Arrêtez de procrastiner ! Ou comment sortir de la procrastination.

Comment arrêter de procrastiner et de reporter au lendemain ?

Table des matières

Avant de dire que vous êtes un procrastinateur, il faut savoir ce qu’est la procrastination

Vous avez déjà sûrement remis une tâche au lendemain. Soit parce que vous n’aviez pas eu le temps, soit parce qu’il vous manquait certaines informations. 

Ce n’est pas pour autant que vous êtes un procrastinateur.

Alors, comment savoir si vous êtes procrastinateur ?

C’est assez simple, si vous remettez SYSTÉMATIQUEMENT des tâches au lendemain, que vous repoussez encore et encore certaines tâches ( jusqu’à arriver limite avec votre délai et faire les choses à la dernière minute ou pour d’autres tâches, ne pas les faire du tout). 

C’est sûr, vous êtes procrastinateur.

 


La procrastination, c'est le fait de remettre SYSTEMATIQUEMENT à plus tard ce que vous avez à faire.


 

Maintenant que le verdict est tombé, il faut comprendre les causes de la procrastination ?

Le plus gros problème lié à la procrastination est d’en comprendre les causes. Elles sont très variées et chacune d’entre-elles nécessite parfois des solutions qui lui sont propres.

Les causes les plus fréquentes sont liées à :

 

1. Une tâche ennuyeuse

Vous avez sûrement, comme moi, une bête noire. 

Prenons la comptabilité par exemple.

Si cette tâche vous ennuie, vous allez avoir tendance à la reporter, encore et encore. Jusqu’à réaliser que vous avez beaucoup trop attendu et qu’il ne vous reste que très peu de temps pour la faire.

Et là, vous réalisez que vous avez oublié de préparer les documents nécessaires tels que vos reçus, vos factures, etc.

Vous faites maintenant face à un deuxième problème : la difficulté de la tâche.

 

2. Une tâche qui devient de plus en plus lourde

Vous avez reporté cette tâche ennuyante et vous voilà maintenant confronté à un cercle vicieux de la procrastination.

En reportant la tâche, vous avez accumulé du retard. Elle est maintenant devenue plus Iourde et plus complexe. 

Ce qui vous donne encore moins le goût de le faire.

Et de retarder le moment de s’y mettre.

 

3. Mais où est passée votre motivation ?

Très souvent liée aux deux précédentes, cette source de procrastination est parfois difficile à vivre pour les personnes qui entourent le/la procrastinateur/trice.

Très simplement expliqué, les sources de motivations sont différentes d’une personne à l’autre. Les types de personnalités jouent un grand rôle dans “ la source" où nous puisons notre motivation. 

Alors que certains apprécient les tâches opérationnelles, d’autres sont plus attirées par la réflexion…

Où puisez-vous votre motivation ? 

  • En obtenant des résultats concrets de vos actions
  • En voyant l'utilité de votre travail
  • En ayant une activité au service de vos valeurs
  • En faisant plaisir aux autres
  • ...

 

Formation leadership

Formation leadership

 


4. 2 minutes par ci, 5 minutes par là

“oh, un message”, “vite un petit courriel”, “faut pas oublier de passer à l’épicerie ce soir”,..

Il se peut que vous ayez des difficultés à rester concentré sur une tâche et que vous rebondissiez d’une tâche à l'autre. 

On ne parle pas ici d’un problème de procrastination mais plus d'une difficulté à être concentré sur une même tâche de façon continue.

Et vous n’êtes pas forcément en cause, un stress élevé peut causer ce manque de concentration. Si c’est le cas, vous risquez de vous fatiguer et de finir dans une situation où le stress est tellement intense que vous en êtes épuisé.

Pire encore, il arrive que ça crée de nombreux problèmes relationnels dûs à des retards, des projets non entamés ou non terminés.

Faites attention, il se peut aussi que ces problèmes aient des causes physiologiques, dans quel cas, il faudrait une approche tout autre.

  

5. Ce n’est pas parce que ça demande un effort que c’est pénible

J’ai un jour vu la vidéo d’un sportif de haut niveau lors d’une épreuve de sélection. Il avait l’air exténué. 

Pourtant, j’ai été frappé par son sourire. Tout au long de cette épreuve ( qui est créée pour épuiser et tester les candidats), il a affiché un grand sourire. Comme s' il avait décidé de le prendre avec le sourire et d’y trouver du plaisir.

Il arrive trop souvent que les gens confondent le fait de fournir un effort avec quelque chose de pénible. Alors que si on y trouve du plaisir, on peut rendre l’expérience beaucoup moins éprouvante et y gagner de la détermination.

Évidemment, c’est assez facile à dire mais pour aider à trouver du plaisir dans ses tâches, voici mon conseil :

Au lieu de penser à la tâche à proprement parler, pensez à ce que vous obtiendrez grâce à celle-ci. Qu’est-ce que vous y gagnez.

Par exemple, la comptabilité vous permet de vous assurer que vos rentrées soient justes et que vous n’aurez pas de mauvaise surprise en fin d’année.

Si votre tâche vous semble pénible et que vous la reportez, vous entrez dans le cercle vicieux de la procrastination : vous repoussez cette tâche jusqu’à arriver au pied du mur. Du coup, quand arrive le moment fatidique, vous la trouvez encore plus pénible.

Et si vous sortiez du cercle vicieux pour entrer dans le cercle vertueux ? 

le cercle vertueux, c’est voir les choses de façon plus positive pour finalement réaliser que c'était moins pénible que ce qu’on pensait.

 

6. Vous êtes votre plus grand ennemi

Est-ce que vous vous auto-sabotez ?

Il arrive souvent qu’inconsciemment, la procrastination soit de l’auto-sabotage.

Les raisons peuvent être multiples ; vous pourriez vous punir pour une erreur ou une faute que vous avez commise (et qui a eu des conséquences graves), vous conformer à une image négative de vous (« je suis incapable de faire quelque chose de bien »),…

Reporter systématiquement une tâche est une excellente façon d’échouer et le procrastinateur trouve ainsi une façon particulièrement efficace et économique de sombrer.

Notons au passage que la procrastination n’est pas la stratégie pour s’auto saboter la plus néfaste pour une personne ; adopter des comportements déviants, agressifs, avoir des comportements addictifs peuvent se révéler beaucoup plus dangereux pour elle (et pour son entourage).

 

7. Parlez-moi de vos peurs

Bien qu’elle peut paraître évidente pour certaines, une des causes les plus fréquentes de la procrastination est la peur. Toutes sortes de peurs peuvent se cacher derrière votre procrastination comme : la peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir contrôler la situation, d’échouer, de recevoir de mauvaises nouvelles

Alors que vous auriez besoin d’être rassuré pour pouvoir surmonter votre procrastination, la réaction de votre entourage pourrait avoir l’effet complètement inverse. Souvent lorsque quelqu’un reporte encore et encore, l’entourage va mettre en doute sa bonne volonté, questionner sa motivation,... 

Ce genre de réaction crée elle aussi le cercle vicieux de la procrastination.

La peur de ne pas maîtriser une nouvelle technologie peut, par exemple, vous amener à ne pas vous tenir à jour. Au bout d’un certain temps, vous êtes tellement déphasé que la perspective d’acquérir les nouvelles connaissances nécessaires vous semble un écueil insurmontable ; vous voilà de nouveau confronté au cercle vicieux de la procrastination.

Dans certains cas, la crainte du résultat d’un examen médical ou d’une prise de sang peut vous pousser à le reporter. Vous faites l’autruche jusqu’au jour où ce qui aurait pu être assez facilement guéri devient un diagnostic fatal…

 

8. Et votre estime de vous ?

Si vous avez tendance à ne pas avoir confiance en vous, les mécanismes de procrastination liés aux peurs vont être encore plus présents.

 


La procrastination peut être le symptôme d'un comportement d'auto-sabotage ou la conséquence de peurs inconscientes.


 

Et l'impact de votre personnalité?
  

Le besoin de s’y prendre à la dernière minute

Pour faire simple, certains types de personnalités se sentent plus efficaces lorsqu’ils s’y prennent à la dernière minute. L’adrénaline du dernier moment leur est nécessaire pour trouver l’inspiration, l’énergie, la motivation…

Dans ce cas-là on parle des personnes ayant un type Perception dans le modèle du MBTI.

Si ça vous intéresse d’en savoir plus sur ce type de personnalité, parce qu’il résonne en vous. Je vous invite à lire cet article.

Et là, il faut être vigilant. Si c’est bien géré, ils peuvent être très efficaces. Par contre, avoir un fonctionnement par à-coups peut être une grande source de stress pour leurs collègues ou leur hiérarchie (en particulier si ceux-ci ont un profil Jugement ( si vous voulez voir à quoi ressemble ce profil c’est par ici).

 

De la clarté s’il vous plait 

Certains profils ont besoin de consignes très claires pour pouvoir passer à l’action. 

S’ils font face à un environnement chaotique, à un manager qui change d’avis pour un oui ou un non, à des projets de changements dont ils ne voient pas l’utilité concrète, ils peuvent perdre tous leurs moyens

Ici aussi, ce qui pourrait paraître comme de la procrastination n’en n’est pas ; vous abstenir de mal juger votre collaborateur pourra vous éviter pas mal de déconvenues.

 

Sans cause, pas de solution

Que vous soyez le procrastinateur, son (sa) conjoint(e), son gestionnaire, identifier la (les) cause(s) des comportements de procrastination est essentiel car cela détermine le choix de la bonne stratégie.

Le hic ? c’est souvent inconscient, difficile dès lors de ne pas se tromper…

Voici donc trois questions pour trouver les vraies causes de votre procrastination :

  1. Face à quel type de tâche, dans quel environnement avez-vous tendance à procrastiner ?
  2. Dans quel état nerveux vous sentez-vous lorsque vous pensez à l’obligation de devoir réaliser cette tâche (inquiet, ennuyé, perdu…) ?
  3. Quel genre de comportement avez-vous tendance à avoir (vous reportez, vous passez d’une tâche à l’autre, vous vous sentez bloqué…) ?

 


Il n'existe pas une stratégie efficace dans tous les cas.
Comprendre la cause de votre procrastination est le point de départ pour adopter une stratégie qui marche
.


 

Est-ce que votre personnalité augmente les risques de procrastiner ?

Oui.

Il est rare que les personnes avec un profil MBTI Jugement aient tendance à reporter leurs tâches (sauf lorsque les consignes ne sont pas claires).

Par contre, les profils Perception sont beaucoup plus fréquemment affectés par cette difficulté.

Comme ces profils sont innés, nous ne naissons pas tous égaux face à la procrastination.

 


Nous ne naissons pas égaux devant la procrastination. 
Certains profils de personnalité sont plus à risques que d'autres.


 

Êtes-vous procrastinateur ?

Vous pouvez vous auto-évaluer pour savoir si vous êtes procrastinateur en vous posant ces trois questions :

  1. Y-a-t-il des tâches que vous reportez systématiquement ?
  2. Y-a-t-il des tâches que vous avez reportées au point de ne jamais les faire ?
  3. Lorsque vous reportez une tâche, est-ce le résultat d’un choix conscient (et rationnel) parce que la tâche n’est pas prioritaire, que vous n’avez pas encore tous les éléments en main pour la faire efficacement… ou est-ce plus fort que vous ?

 


Lorsque vous reportez une tâche, le faites-vous consciemment pour une bonne raison, ou est-ce inconscient et plus fort que vous ?


 

Comment se manifestent les stratégies du procrastinateur ?

Souvent, le procrastinateur adoptera ( probablement de façon inconsciente) une des stratégies suivantes :

  • L’oubli pur et simple :

« Tu as envoyé le rapport au client ? »

« Oups, désolé, j’ai complètement oublié »

Souvent ce comportement n’est pas de la mauvaise foi, votre cerveau inconscient vous a protégé de la pénibilité de la tâche ou de la peur ressentie face à celle-ci en vous distrayant et en vous faisant penser à autre chose.

  • Le transfert :

Vous vous êtes investi dans toutes sortes d’autres tâches et vous n’avez pas eu une minute pour entamer cette tâche que vous fuyez.

Ce mécanisme protège votre EGO: ce n’est pas de votre faute, vous avez tant de choses à faire. Du coup, pas besoin d’avoir mauvaise conscience, vous avez même la possibilité de vous plaindre de cet excès de travail ; le tour est joué.

  • L’apathie :

Vous manquez d’énergie et vous ne parvenez pas à vous mettre en route. Vous risquez d’avoir un comportement de procrastination généralisé dans tous les domaines de votre vie.

 


Les procrastinateurs sont souvent très créatifs lorsqu'il s'agit de reporter une tâche en se donnant bonne conscience.


 

Quelles-sont les conséquences de la procrastination ?

Procrastiner peut avoir de nombreuses conséquences pour vous, en voici quelques exemples: 

  • Vous soumettez votre travail en retard voire même un travail qui n'est pas qualitatif…
  • Votre procrastination crée des difficultés relationnelles avec les personnes qui en pâtissent
  • Ça diminution votre confiance en vous
  • Votre niveau de stress augmente


Et malheureusement, il arrive que certaines personnes baissent les bras, perdent confiance et abandonnent. C'est le stade ultime du cercle vicieux de la procrastination.

 


La procrastination devient souvent un cercle vicieux.


 

Comment arrêter de procrastiner ? Quelques stratégies efficaces 

Voici les 10 commandements pour sortir de la procrastination:

  1. Prenez l’habitude de vous observer pour prendre conscience de vos peurs, comportements d’auto-sabotage
  2. Cherchez toujours le positif et le plaisir (la satisfaction que vous éprouverez après avoir effectué la tâche, la diminution de votre niveau de stress qui va en découler, la plus grande facilité que vous éprouverez à l’avenir face à ce genre de tâche…)
  3. Décomposez la tâche (la seule façon de gravir une montagne c’est de commencer par un premier pas et d’enchaîner les pas qui suivent)
  4. Fixez-vous des échéances intermédiaires, cela vous évitera d’attendre la toute dernière minute (un conseil souvent très apprécié par les profils Perception en MBTI)
  5. Planifiez de façon précise les moments où vous vous mettrez en route ; c’est beaucoup plus facile de reporter sans s’en rendre compte et sans avoir mauvaise conscience si vous n’avez pas clairement spécifié quand vous devez vous mettre en route.
  6. Récompensez-vous lorsque vous êtes arrivé à la fin d’une tâche que vous aviez jusqu’alors tendance à reporter ; récompensez-vous doublement si en plus vous l’avez démarré à temps
  7. Commencez par ce qui est agréable. Beaucoup d’auteurs vous diront de commencer par ce qui est pénible, vous vous sentirez ensuite plus libre. J’ai constaté en 20 ans de formation à la gestion de temps que cela ne marche pas pour la plupart des personnes. Par contre, en commençant par quelque chose que vous appréciez de faire, vous parviendrez beaucoup plus facilement à vous mettre en route.
  8. Cherchez un environnement agréable, un moment favorable.
  9. Relaxez-vous, déstressez : on n’insistera jamais assez sur le rôle du stress dans la difficulté à rester productif et créatif.
  10. Déléguez les activités pour lesquelles vous avez peu de valeur ajoutée et qui vous pèsent exagérément. Le but c’est de moins procrastiner, pas de vous rendre malheureux. Focalisez-vous sur les domaines où vous avez une réelle valeur ajoutée et dans lesquels vous prenez du plaisir.

 


Prendre conscience de vos peurs, trouver du plaisir dans toutes les tâches sont sans doute deux des actions qui vous aideront le plus à vous débarrasser de la procrastination.


 

Est-ce qu’un coaching pourrait m’aider à arrêter de procrastiner ?

Si la cause principale de votre procrastination est liée à une peur, un manque de confiance en vous, voire à des comportements inconscients d’auto-sabotage, entamer un coaching est sans doute LA bonne idée.

Résoudre ce genre de problème par vous-même n’est pas nécessairement évident et pourrait prendre beaucoup de temps.

Un coaching peut vous permettre de comprendre où sont vos blocages et de les résoudre en peu de temps. Encore faut-il que celui-ci soit adapté à votre mode de fonctionnement. La plupart des coachs suivent une méthodologie de coaching basée sur la méthode GROW (Goals – Objectifs ; Realities – Situation réelle ; Options – Solutions possibles ; Work – Plan d’Actions).

Cette approche ne convient pas à tous les profils de personnalité, en particulier avec les personnes qui ont une tendance naturelle à procrastiner. Le procrastinateur progressera plus vite avec une approche de coaching adaptatif.

Si vous avez besoin d'aide pour arrêter de procrastiner et aimeriez en savoir plus, c’est par ici pour découvrir le coaching 

 


Recourir à un coach est souvent le chemin le plus court et le plus efficace pour vaincre la procrastination.


 

Comment gérer un procrastinateur ?

Parfois, vous n’êtes pas le procrastinateur, mais son gestionnaire.

Les plus grosses maladresses que nous constatons habituellement dans une formation de gestionnaire sont liées à la tendance à juger, à donner des conseils plutôt qu’à poser des questions, ce qui est d’autant plus regrettable qu’il s’agit des compétences de base que vous pourriez acquérir dans une formation de leadership.

 


Faire des demandes claires et donner des rétroactions efficaces sont deux des habiletés de leadership les plus importantes si vous gérez un procrastinateur.


 

En synthèse

  • La procrastination n’est pas un problème irrémédiable.
  • Certains profils de personnalité ont plus de risques d’être confrontés à ce problème.
  • La solution à la procrastination commence par une bonne identification des causes.
  • Suivant vos propres causes de procrastination, vous pourrez sélectionner parmi les 10 commandements pour sortir de la procrastination, ceux qui vous conviennent le plus.
  • La difficulté de certains gestionnaires à bien gérer un procrastinateur peut être facilement résolue en développant les compétences de base d’un leader.

 

 

Pour poursuivre votre lecture

  

Règlez les problèmes avec vos collaborateurs, formez-vous

 

Découvrez ces vidéos pour devenir un gestionnaire performant.

Pourquoi devenir gestionnaire?
Pourquoi devenir gestionnaire?
Comment devenir gestionnaire?
Comment devenir gestionnaire?
Les compétences du bon gestionnaire
Les compétences pour être un bon gestionnaire
Les styles de leadership
Les styles de leadership

 

 

 

Jean-Luc Dupont
Formateur et conférencier en leadership
Formateur MBTI® et Process Com®
Auteur des livres "Vous êtes unique, vos interlocuteurs aussi" et "Le gestionnaire PROCHE"