Gestion émotions | Comment faire ?

Comment comprendre ses émotions pour mieux les gérer | Découvrez les 9 règles pour une bonne gestion de vos émotions

Ce que vous découvrirez dans cet article :

  1. Une émotion est un signal
  2. L'émotion sert à nous faire bouger
  3. Appliquez la bonne stratégie de gestion des émotions
  4. Une émotion est un signal qui est difficile à comprendre
  5. Détectez et accueillez vos émotions au plus vite
  6. Apprenez à comprendre le message de vos émotions
  7. Exprimez vos ressentis avec tact et franchise
  8. Exprimez vos besoins
  9. Ne vous laissez pas envahir par les émotions des autres

 

1. Une émotion est un signal

Notre cerveau veille à notre survie en permanence ; il fonctionne comme cela depuis l’époque des dinosaures.

Il analyse chaque information, chaque situation que nous vivons pour voir si celle-ci est positive ou néfaste pour nous.

Peur, colère, dégoût, joie sont autant d’informations qu’il nous envoie pour attirer notre attention sur les dangers ou les opportunités qui surviennent.

Une émotion n’est donc pas définition ni positive, ni négative ; elle est juste une information. Elle peut donner un ressenti désagréable, elle n’en reste pas moins utile et ne devrait donc jamais être définie comme négative.

 


La gestion des émotions commence par le fait de les écouter.


 

2. L'émotion sert à nous faire bouger

Le mot  « émotion » vient du latin « movere » : bouger et « ex » : en dehors.
L’émotion est un état psychologique et physiologique qui nous pousse à agir.

La peur me pousse à fuir ou attaquer, ce qui peut me sauver la vie.

Le dégoût me sert à ne pas consommer un aliment ou à le recracher avant que celui-ci ne me rende malade…

Dans notre monde moderne aseptisé, nous nous contrôlons sans cesse pour avoir des comportements socialement acceptables ; vous vous imaginez difficilement recracher ce que vous venez d’avaler en plein restaurant car le goût génère une émotion de dégoût en vous.

Toutefois cela nous amène régulièrement à « nier » nos émotions, ce qui n’est pas bon du tout pour notre équilibre.

 


Nier ou étouffer ses émotions est une des pires stratégies de gestion des émotions.


 

Formation leadership

Formation leadership

 

3. Appliquez la bonne stratégie de gestion des émotions

Lors de chaque formation à la gestion des émotions, nous nous rendons compte que de nombreuses personnes essaient de les étouffer, de les contrôler, de les « nier ».
Comme l’émotion est un signal de survie, si vous essayez de l’étouffer, votre cerveau ancestral va juste « crier » plus fort.

Ces stratégies ne marchent donc qu’un petit temps.

Ces personnes viennent en formation en espérant se contrôler encre mieux, encore plus fort ; ce qui est très dangereux.

La seule bonne stratégie c’est d’apprendre à comprendre ses émotions pour identifier les actions à entreprendre.

 


Une émotion est un signal qu'il faut essayer de comprendre.


 

4. Une émotion est un signal qui est difficile à comprendre

L’émotion est comme un signal envoyé par notre cerveau ancestral.
Notre cerveau moderne celui que nous utilisons pour lire, écrire, parler utilise la parole, les mots comme support de raisonnement.

Notre cerveau ancestral s’est développé bien avant l’apparition du langage et les signaux qu’il envoie sont incompréhensibles pour notre cerveau moderne.

Nous ne comprenons pas ce que nos émotions nous racontent.

Si au travail, nous avons l’impression d’être moins valorisé qu’un collègue, nous pourrions éprouver de la colère à son égard ou envers notre hiérarchie. Nous ne comprenons pas quel est notre besoin et nous ne prenons pas les bonnes actions. La colère va influencer nos comportements ce qui a toutes les chances d’abimer la relation avec notre chef, celui-ci sera sans doute moins tenté de nous valoriser, ce qui aggrave notre ressentiment.

La boucle est bouclée : en ne comprenant pas notre émotion, nous avons aggravé la situation.

 


Comprendre ce qu'une émotion envoie comme signal est très difficile à faire pour la plupart des personnes.


 

5. Détectez et accueillez vos émotions au plus vite

Les circuits neuronaux qui gèrent les émotions sont ultra-rapides (car de leur rapidité dépend notre survie) ; on parle souvent de circuit court ou de circuit rapide.

La partie de notre cerveau qui nous permet de nous interroger, de comprendre nos besoins, de nous exprimer calmement est beaucoup plus lente ; dans le monde préhistorique elle servait à faire la paix après qu’on ait fait la guerre.

La partie sage de nous a donc toujours un retard sur la partie plus instinctive.

Au plus vite vous détectez les premiers signes d’une émotion au plus vite vous pouvez réagir de façon efficace.

Mais pour cela il faut l’accueillir, ne pas essayer de la refouler.

 


La partie rationnelle du cerveau est toujours en retard sur la partie ancestrale.


 

6. Apprenez à comprendre le message de vos émotions

Il existe plusieurs émotions dite de base, certains auteurs parlent de 5 ou 6.
Chaque émotion nous raconte quelque chose :

a. La colère nous dit que des besoins importants ne sont pas respectés et que nous devons mettre toute notre énergie pour les défendre. Il est fondamental de bien la comprendre pour voir quel comportement constructif nous pouvons entreprendre.

b. La peur nous signale que nous sommes en danger et nous entraîne vers une des 3 réactions de survie : se cacher ‘l’inhibition), attaquer ou fuir.  Ici aussi, une bonne analyse nous permettra d'identifier si ce danger est réel ou imaginaire.

c. Le dégoût nous incite à repousser quelque chose ou quelqu’un qui est néfaste pour nous. Une bonne gestion émotionnelle nous conduira à vérifier si nous nous basons sur des a priori rapides ou sur des informations fiables.

d. La tristesse nous invite à faire le deuil d’une situation, d’une personne pour nous préparer à construire quelque chose de nouveau. Une  gestion émotionnelle saine nous incitera à ne pas rester indéfiniment dans un sentiment de déprime, mais à rebondir vers de choses plus positives.

e. La surprise augment notre attention et notre focus ce qui nous permet de mieux appréhender et analyser un événement nouveau. Une bonne gestion de cette émotion nous amènera à ne pas passer dans le rejet et à regarder la surprise pour comme potentiellement riche en opportunités.

f. La joie, même si elle est plus agréable que les autres, elle ni positive ni négative, elle est une information, comme chaque émotion. Bien la gérer revient à en prendre conscience et à la vivre pleinement. Faites une pause pour profiter de la joie.

 

Il existe de nombreuses émotions composées. La plupart du temps nous en ressentons un cocktail ce qui en rend la compréhension encore plus difficile.

Votre semaine de travail a été longue et pénible, vous avez un repas en amoureux, votre conjoint ouvre une deuxième bouteille de vin, vous lui faites une remarque sur sa consommation d’alcool, il se vexe et votre soirée tourne en chicane.

Vous avez peut-être éprouvé une frustration ; il vous avait promis de ne pas exagérer. Vous êtes sans doute découragée ; cela se termine toujours ainsi. À moins que vous ne soyez assaillie par la colère, car cela va encore gâcher votre fin de semaine. Et si c'était la  peur qui vous domine ; celle qu’il ne ruine sa santé ou que votre couple n’explose.

Mais vous n’arrivez pas à la lui exprimer ; ni à lui confier votre besoin de vivre en paix avec lui, le plus longtemps possible. Alors c’est la colère qui prend la place et fait tous ces dégâts.

Lui aussi est aux prises avec un mix d’émotions et n’est probablement pas plus au clair avec ses propres besoins et ne trouve pas plus la bonne façon de les communiquer.

 


Nous nous méprennons souvent sur le sens de nos émotions et sur les besoins sous-jacents.


 

7. Exprimez vos ressentis avec tact et franchise

La meilleure façon de gérer les émotions, une fois que vous les avez compris, c'est d’exprimer votre ressenti.

Mieux vous analysez vos émotions, moins vous risquez d’être pris en otage par la colère, la jalousie…

Plus vite vous communiquez vos ressentis, plus vous allez le faire avec tact et de manière constructive.

Apprenez à vous exprimer en « Je » et à éviter le jugement.

Choisir le bon moment pour que l'autre puisse vous entendre.

Respirez lentement pour aider votre corps à rester calme.

 


Avoir une image positive de l’autre et de soi-même, est la condition de base pour établir une relation forte.


 

8. Exprimez vos besoins

Faites-le positivement.

Soyez conscient des besoins de l'autre. Efforcez-vous de coconstruire une solution qui convienne aux deux.

Rappelez-vous que faire une demande et exprimer un besoin sont deux choses différentes.

Restez ferme sur vos besoins.

Soyez créatif pour trouver une demande satisfaisante pour les deux (comment concrètement vous allez satisfaire les besoins des deux ?).

 


Exprimer ses besoins et tenir compte de ceux de son interlocuteur est à la base d'une communication efficace et d'une saine gestion des émotions.


 

9. Ne vous laissez pas envahir par les émotions des autres

Certaines personnes sont dans l’envahissement, elles communiquent tout ce qui les concerne à leurs interlocuteurs et voudraient que ceux-ci partagent leurs émotions sans se soucier de savoir si cela leur convient. On dit qu’elles n’ont pas de frontières.
D’autres sont totalement imperméables aux vécus et aux ressentis des autres, on les décrit comme des individus qui mettent des murs.

Développer ses frontières revient à être conscient de « ce qui se passe en nous » tout en étant à l’écoute de l’autre ayant lui-même ses propres émotions… C’est se considérer comme 2 personnes à part entière ayant chacune leurs propres identité, émotions,besoins… 

C’est une compétence clé pour construire des relations saines et durables.

Nous utilisons le modèle des Frontières et les différentes techniques d’Anné Linden en coaching pour aider nos coachés à se constituer leurs frontières.

 


Le modèle des frontières permet de ne pas se laisser envahir par les "surcharges émotionnelles" des autres.


 

 

Pour poursuivre votre lecture

  

Règlez les problèmes avec vos collaborateurs, formez-vous

 

Découvrez ces vidéos pour devenir un gestionnaire performant.

Pourquoi devenir gestionnaire?
Pourquoi devenir gestionnaire?
Comment devenir gestionnaire?
Comment devenir gestionnaire?
Les compétences du bon gestionnaire
Les compétences pour être un bon gestionnaire
Les styles de leadership
Les styles de leadership

 

 

 

Jean-Luc Dupont
Formateur et conférencier en leadership
Formateur MBTI® et Process Com®
Auteur des livres "Vous êtes unique, vos interlocuteurs aussi" et "Le gestionnaire PROCHE"